• [Photo : Jomhel Tomas]

     

    J'en ai gobé des kilomètres de mots,

    Pour alléger un peu mes maux.

    Créer des mots-pansements pour recouvrir mes plaies,

    Et me persuader que tout n'était pas joué.

     

    Mes veines en ont rendu de l'encre,

    Pour que je puisse m'apprendre.

    Créer un univers pour me comprendre, 

    Et me convaincre qu'il reste encore des choses pour m'éprendre.

     

    J'en ai usé des feuilles immaculées, 

    Pour y faire saigner tout ce qui m'éventrait.

    Créer des poignards pour tuer des Dieux,

    Et trouver le chant des Démons miséricordieux.

     

    Mon âme en a répandu de la cendre,

    Pour étouffer ma douleur et son épicentre.

    Créer la plume pour me pourfendre,

    Et esquiver les egocentres.

     

    J'en ai bouffé des tours de ruses,

    Pour que ma muse s'amuse.

    Créer des embuscades avec audace,

    Et qu'enfin plus rien ne me lasse.

     

    Mes doigts en ont creusé des tombes,

    Pour que le corbeau ne devienne pas colombe.

    Créer l'hécatombe des maux,

    Et ressentir le monde un peu plus chaud.

     

    J'en ai vomis des litres de tracas.

    Ma plume écrit depuis mes mots d'estomac. 

     

    Malia Rigazzo.

    Texte protégé - Tous droits réservés.

     


  • Commentaires

    2
    Dimanche 19 Mars 2017 à 19:41

    Et avec tout ce que tu as couché sur ces papiers éparpillés, est-ce que tu as réussi à trouver un semblant de paix ?

    Très beau poème, superbes rimes.

      • Lundi 20 Mars 2017 à 10:48

        J'ai trouvé certaines paix et trouvé d'autres guerres... ;)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :