• Appelez-moi Sinistros

    Appelez-moi Sinistros

    [Photo : Cristina Otero]

     

    Je sais que je suis banale et bancale comme fille,
    Que je suis un être qui s'éparpille en mille, 
    Qui s'échine à recoller tous les morceaux qui volent, 
    Avec l'espoir qu'à la fin, cela servira à son envol.

    Je sais que je suis trop rêveuse, 
    Que je prends souvent mes désirs pour la réalité, 
    Que je peux me montrer égoïste, agressive et hargneuse,
    Mais je me battrais pour ce que je suis jusqu'à ce que sonne le glas enténébré.

    Je sais que je ne suis pas normale et remplie de peur, 
    Que je reste chez moi, car je crains le monde extérieur, 
    Que je ne me sens en sécurité qu'au sein de mes quatre murs,
    Et si je sors... voilà que je me transforme en boule de nerfs proche de la rupture.

    Je sais que je devrais parler plus, expliquer les pourquoi du comment, 
    Que je devrais tenter de me faire comprendre, mais mon mal-être est arrogant,
    Il ne veut de personne pour exister, il ne veut pas qu'on lui tende la main,
    Il est si bien enraciné, voyez-vous, qu'il repose au creux de mes seins.

    Je sais que ma vie est envahit de souillures et de ratures,
    Que de mon silence, j'en fais une indestructible armure,
    Que je m'acharne à vivre, comme une guerrière, 
    Que ma compassion, mon empathie, je vous les tends comme une prière.

    Je sais que j'ai des réactions incompréhensibles et imprévisibles d'animal enragé,
    Que des riens brisent mon âme sensible à m'en faire crever, 
    Que des riens m'écorchent à vif, à m'en faire montrer les crocs, 
    Que dans ces moments-là, je ne veux qu'arracher votre peau. 

    Je sais que derrière mon intelligence émotionnelle se cache, au plus profond de mon être, un monstre,
    Qui n'attend qu'un seul de vos faux pas pour vous taillader jusqu'à l'os,
    Qui suis-je ? Un ange ? Un démon ? Les deux ! Un monstre.
    Appelez-moi Sinistros.

    Arrêtez de me répéter qu'il faut que je me batte contre moi, 
    C'est ce que j'ai toujours fait, jusqu'à être aux abois. 
    Je suis le jour et la nuit, 
    Et à toute heure, je me fuis. 

     

    Malia Rigazzo / Texte protégé - Tous droits réservés.

    Appelez-moi Sinistros


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :