• Petit clown

    Petit clown

    [Photo : Cristina Otero]

     

    Et puis tu sais, j'ai toujours été colérique et impulsive,
    Dans mes actes, dans mes dires,
    Parce que je suis l'esclave d'émotions corrosives, 
    Comment dire qu'elles dirigent le navire ?

    Je suis sujette aux angoisses, aux doutes, 
    Aux pensées et aux ressentis passagers parfois erronées. 
    J'ai parcouru bien des routes, 
    Mais sur aucunes, j'ai appris à parler comme on l'attendait. 

    Je sais exploser, tout envoyer bouler, criser, 
    Mais pas parler. 
    Mettre de bons mots doucereux quand l'émotion m'étreint, 
    Ça, je ne sais pas. Ça sort comme ça vient. 

    Je pourrais écrire des lignes et des lignes sans difficulté, 
    Car entre le papier et moi, il n'y a qu'intimité et secret.
    Le papier écoute pendant que le stylo s'exprime, 
    Alors que quand je parle aux gens... ils m’abîment. 

    Mes émotions sont des brutes, 
    Je suis donc une fille à l'état brut. 
    Je ne l'ai jamais caché, jamais dissimulé, 
    Je l'ai toujours revendiqué.

    J'ai toujours parlé de ma vie de façon surfaite, 
    Ne jamais rentrer dans les profondeurs. 
    Une règle taillée sur mesure et épinglée dans ma tête.
    J'ai eu été naïve et mon coeur finissait en pleurs. 

    Je suis quelqu'un de secret, soumis à la roulette russe de mes émotions, 
    J'absorbe tout telle une éponge qui ne connaît pas l'essorage. 
    Si tu voyais à l'intérieur de moi... toute cette souffrance sans âge.
    Tout ça, ça converge vers l'aliénation.

    Et puis, tu sais, le clown triste,
    Il aimerait bien, parfois, se produire sur une nouvelle piste...

     

    Malia Rigazzo / Texte protégé - Tous droits réservés.

     

    Petit clown

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :